Article du 6 septembre 2021

Depuis quelques semaines le travail post-moisson a lieu pour préparer les champs pour les semis.

 

  Tout d’abord le déchaumage qui est une technique culturale consistant à travailler superficiellement le sol (à environ 8 à 10cm de profondeur) afin d’enfouir les restes de paille et chaumes pour favoriser leur décomposition et nourrir le sol, lutter contre les adventices, et faciliter le semis des cultures suivantes.

 

  Après le déchaumage, il faut épandre le fumier et le lisier produits par les vaches. Cette étape permet d’enrichir le sol en azote, phosphore et potasse, et d’apporter de la matière organique (ou humus) qui améliore la structure du sol.

 

  L’épandage fait partie de la thématique « Fertilisation », de la certification HVE (Haute Valeur Environnementale), qui consiste à gérer les apports d’azote sur les terres. Grâce à ces épandages, l’achat d’engrais chimiques est limité, les déchets organiques de la ferme sont valorisés et les besoins des futures cultures sont respectés.

 


Une fois le sol enrichi en matière organique, il est temps de semer.

  A cette époque de l’année, il s’agit essentiellement de semis de couverts végétaux afin de ne pas laisser le sol nu en hiver. Ces couverts végétaux s’intercalent entre deux cultures principales comprises dans la rotation des cultures (ex : entre de l’orge et du maïs).

  Ces cultures intermédiaires permettent ainsi de nourrir le sol, piéger les nitrates, éviter l’érosion des sols, et décompacter le sol grâce au travail racinaire des plantes. Ils favorisent également la vie du sol et la biodiversité en apportant des nutriments aux insectes et un lieu de refus et d’alimentation à la faune sauvage et évitent le salissement.

De plus, ils absorbent les éléments fertilisants du sol afin de les remettre à disposition pour les cultures suivantes.

 

  Lorsqu’ils seront détruits, au printemps, les couverts permettront d’apporter de la matière organique supplémentaire. Ils sont donc très intéressants d’un point de vue agronomique, et permettent une meilleure implantation des cultures principales, en plus de protéger les sols et nappes phréatiques.

  C’est également un point important de la certification HVE qui vise à respecter l’environnement, ainsi grâce à la préparation des terres pour le semis et les couverts, deux thématiques sont respectées : la biodiversité et la fertilisation.


Article du 6 août 2021

Découvrez la fabrication du beurre à la Marg'Aude.
N'hésitez pas à nous demander des recettes à base de babeurre !
Pour ceux qui ont raté la vidéo de l'écrémage, elle est toujours disponible dans les vidéos parues (4 mars 2021).

Article du 30 juillet 2021

Cette semaine, le silo pour l’ensilage a été rénové. Après avoir ferraillé la semaine dernière, le béton a été coulé lundi. Pour cela 6 toupies sont venues pour recouvrir toute la surface du silo. Il ne reste plus qu’à attendre que le béton sèche pour pouvoir l’inaugurer cet automne avec l’ensilage de maïs.

 

Je vous laisse avec une petite vidéo du chantier.

 


Article du 23 juillet 2021

Aujourd'hui, je vous emmène à bord d'une moissonneuse-batteuse... La moisson et la paille n'auront plus de secrets pour vous !


Article du 1er juillet 2021

Depuis quelques mois vous trouvez sur notre stand de la confiture de lait. Mais quelles sont les origines de cette délicieuse confiture ?

 

On retrouve plusieurs légendes à propos de la confiture de lait, notamment deux similaires : en Amérique du Sud et en France.

 

En Amérique du Sud, plus précisément en Argentine, la légende raconte que la « dulce de leche » aurait été créée par hasard au XIXème siècle par la servante de Juan Manuel de Rosas. L’homme d’état devait signer un pacte de paix avec Lavalle, ce dernier est arrivé premier sur les lieux et, exténué de son trajet, s’est endormi dans le lit de Rosas. La femme de chambre qui faisait bouillir du lait avec du sucre pour préparer une lechada pour accompagner le mate, trouva Lavalle dans le lit et, outrée, elle prévenue les gardes. Rosas arriva peu de temps après, et demanda à sa servante de servir la lechada et le mate, elle se rappela à ce moment-là qu’elle avait oublié la lechada sur le feu, et trouva à la place une crème épaisse et brunâtre au goût sucré. Son goût aurait plus a Rosas qui partagea cette crème avec Lavalle tout en discutant des accords du pacte. La dulce de leche est né !

 

                En France, la légende de la confiture de lait veut que, lors d’une bataille, le cuisinier de l’armée napoléonienne oublia sur le feu le lait sucré qui été servi aux soldats. Le lait ayant plus chauffé s’est transformé en pate onctueuse délicieusement caramélisée. Le résultat étant succulent, la recette s’est vite répandue.

 

                D’autres histoires sont racontées pour expliquer l’origine de la confiture de lait. Chaque pays à sa légende mais les recettes restent très similaires. Il existe d’ailleurs en Argentine, la journée nationale du dulce de leche, le 11 octobre, afin de rendre hommage à ce dessert déclaré « Patrimoine culturel et gastronomique de l’Argentine ».

 

                Peu importe les légendes, le fait est que la confiture de lait se déguste pour toutes les occasions, que ce soit avec des crêpes, des yaourts, des gaufres, des pancakes, ou autres pâtisseries (pour les plus gourmands, directement à la cuillère), tant que tout est réalisé avec amour et au bon lait de la Marg’Aude, le résultat ne pourra qu’être délicieux !

 

                Vous pourrez bien évidemment retrouver notre confiture de lait sur les marchés de Villefranche-de-Lauragais vendredi, Carcassonne samedi, Castelnaudary lundi, et en commande sur notre site internet ou sur le Drive Fermier Audois.


Article du 24 juin 2021

Le printemps est la période où les foins sont récoltés.

 

Le foin est de l’herbe séchée et mise en balle, qui sert à l’alimentation des animaux.

 

Ce chantier se compose de plusieurs étapes :

 

                D’abord, l’herbe est fauchée grâce à deux faucheuses qui nous permettent en tout une coupe de 6 mètre. Ensuite elle est fanée, c’est-à-dire qu’elle est laissée au sol plusieurs jours afin de sécher.

 

                Puis elle est andainée grâce à une andaineuse qui regroupe l’herbe en tas.

 

                Et enfin elle est pressée en balles rondes ou rectangulaires pour faciliter le stockage dans le bâtiment. Elles seront ensuite rentrées à l’abri dans les bâtiments en attendant qu’elles soient utilisées pour nourrir le troupeau.

 

A la Marg’Aude, les foins ont commencé depuis quelques semaines. Voici une petite vidéo récapitulative du chantier !


Article du 07 juin 2021

Pourquoi les vaches de la Marg'Aude sont de plusieurs couleurs ?

Retrouvez les explications des croisements dans cette vidéo.


Article du 30 mai 2021

De quoi est composé 1 litre de lait ?

 

 

Il y a quelques semaines, je vous ai présenté la traite des vaches. Aujourd’hui, nous allons voir la composition du lait.

 

Un litre de lait est composé de 902g d’eau, et de 130g de matière sèche.

 

Dans cette matière sèche, on retrouve 49g de glucides, c’est-à-dire de sucres dont le principal est le lactose qui a un faible effet sucrant.

 

Ensuite, on trouve 39g de matière grasse, qui peut varier en fonction de l’alimentation et des conditions d’élevage des vaches.

 

Puis, on retrouve 33g de protéines, dont la protéine principale est la caséine. Le taux de protéine peut également varier en fonction de l’alimentation et des conditions d’élevage des vaches. Le lait constitue donc une importante source de protéines pour l’Homme et notamment pour les enfants.

 

Les 9g restant sont des minéraux, le lait en contient à l’état dissous, on y retrouve du sodium, du potassium, du magnésium, des phosphates, des citrates et des chlorures de calcium.

 

 

Le lait est un mélange complexe, dont les taux en matière grasse et matière protéique peuvent beaucoup varier en fonction de l’alimentation et des conditions d’élevage des vaches. Plus un lait est riche de ces taux, meilleur il est… ! Le lait des vaches de la Marg’Aude est plus riche qu’un lait standard, ce qui rend nos yaourts plus onctueux. Soucieux de vous proposer des produits qualitatifs, nous portons une attention particulière à l’alimentation de nos vaches (voir article sur l’alimentation du 11 mars 2021) et à nos conditions d’élevage.

 

 Le croisement de nos vaches de race Prim’Holstein avec des races plus rustiques telles que la Jersiaise ou la Montbéliarde, entre en compte dans l’amélioration de la qualité de vie de nos vaches et donc de notre lait. Bien-sûr, je vous expliquerai l’enjeu de ces croisements dans un nouvel article.

 

 

La composition de votre litre de lait n’a maintenant plus de secrets pour vous !


Article du 20 mai 2021

Petite pâtisserie que vous attendez tous une semaine sur deux….fondant et croustillant à la fois…

 

Et si cette semaine, on parlait du cannelé ?

Le cannelé est un petit gâteau à pâte tendre parfumé au rhum et à la vanille, recouvert d’une croûte caramélisée.

L’histoire du cannelé n’est qu’une supposition car on ne retrouve pas de trace écrite ou orale avant 1930. Il existe donc différentes versions mais la plus connue reste celle-ci :

Au 18ème siècle, les religieuses du couvent des Annonciades fabriquaient le canelat (peut-être l’ancêtre du cannelé) à partir de farine et de jaunes d’œufs récupérés sur les quais du port de Bordeaux. Il était roulé autour d’une tige de canne et frit dans du saindoux. Les religieuses le donnaient aux pauvres, mais en 1790 elles furent chassées du couvent.

Il faudra attendre 1930 pour trouver des traces écrites sur les cannelés tels qu’on les connait aujourd’hui, au rhum et à la vanille. Cette pâtisserie passe de mode après la Seconde Guerre mondiale, mais la recette est conservée dans des familles bordelaises traditionnelles, et refait son apparition dans les années 1980. Une confrérie du cannelé est d’ailleurs créée en 1985, elle sera relancé 29 ans plus tard en 2014 afin de promouvoir le cannelé et défendre la tradition ; elle tente aussi d’instaurer le nom de « canelé » avec un seul « n ».

A la Marg’Aude aussi nous avons revu l’orthographe, étant réalisé avec le bon lait de nos vaches (et simplement avec de la vanille) nous l’orthographions caneLAIT ! Au grand dam de nos amis bordelais…

Canelaits ou Canelés…Audois ou Bordelais…C’est à vous de choisir !


Article du 15 mai 2021

Découvrez le chantier d'ensilage d'herbe à la Marg'Aude !

Vous ne savez pas ce qu'est l'ensilage ? Regardez la vidéo du 11 mars 2021 sur l'alimentation des vaches et l'ensilage n'aura plus aucun secret pour vous !


Article du 8 mai 2021

Jeudi, les pâtissiers du service de développement de « La Compagnie des Desserts » se sont rencontrés afin d’élaborer de nouveaux produits. Ils ont choisi la Marg’Aude avec sa vue sur les Pyrénées comme lieu de réunion.

 

L’occasion pour moi de vous parler de nos différents débouchés et notamment du glacier Pôle Sud.

 

Vous connaissez notre vente directe tous les vendredis, samedis et lundis sur les marchés, et les mardis sur le drive fermier audois. Mais notre lait est également vendu à la laiterie Onetik au Pays Basque. Et à nos alliés depuis 10 années : Pôle Sud à Lézignan. Notre lait servira alors à fabriquer les glaces « haute expression ». Certains d’entre vous ont d’ailleurs pu avoir la chance de les goûter dans des restaurants ou directement chez les glaciers « Louise ».

 

Pôle Sud est une entreprise audoise reprise en 1983, elle succède au « Glaçon des Corbières » petite glacerie artisanale depuis 20 ans. Une sélection très particulière est apportée aux matières premières, c’est pour ça que le bon lait de la Marg’Aude se retrouve dans les bonnes glaces réalisées par Pôle Sud. Nous sommes d’ailleurs les seuls producteurs laitiers à travailler avec eux.

 

Il y a quelques années Pôle Sud et le Gourmet Parisien ont fusionné pour donner La Compagnie des desserts, « la pâtisserie étant l’allié de la glace » ils proposent ainsi une offre complète de desserts pour les restaurants.

 

Lors de votre prochaine sortie au restaurant vous retrouverez peut-être le bon lait de la Marg’Aude sous forme que vous ne soupçonneriez pas, dans une glace Louise ou un dessert de la Compagnie des Desserts.

 

Vous pourrez également déguster les glaces Louise lors de la porte ouverte de la Marg’Aude, mais ceci fera l’objet d’un autre article….

 

Restez gourmands ! A très bientôt.

 

https://glacesartisanales-polesud.fr/

https://www.compagniedesdesserts.com/

https://louiseglaces.com/



Article du 29 avril 2021

(Re)découvrez notre système de consignes ! De nouveaux affichages sont présents sur les marchés et au drive !


Article du 22 avril 2021

Découvrez le déroulement de la traite à la Marg'Aude !

La collecte du bon lait de nos vaches n'aura plus de secret pour vous.


Article du 8 avril 2021

LE LOGEMENT DES VACHES :

 

Il existe deux grands types de logement pour les vaches laitières : la stabulation libre paillée, et la stabulation libre en logettes.

 

                Les vaches de la Marg’Aude sont hébergées en logettes. Le principe est simple, chaque vache choisi son couchage.

 

L’intérêt principal de la logette est d’avoir un couchage propre, en effet, les logettes sont dimensionnées pour que la vache bouse dans le couloir de raclage.

 

Les autres intérêts de ce logement sont :

-         -  La propreté des animaux et de la litière plus facile à maîtriser.

-         - Un troupeau plus calme.

-         - Une consommation de paille moins importante.

 

La disposition des logettes permet d’avoir un couloir de paillage entre les deux rangées ce qui facilite le renouvellement de la litière.

A la Marg’Aude, il s’agit d’un grenier de paillage (au-dessus des logettes au lieu d’être entre les rangées), les vaches se grattent dessus et repaillent elles-mêmes le couchage.

 

Les vaches peuvent aussi se dégourdir les jambes grâce aux aires d’exercice de chaque côté des logettes qui sont raclées par des rabots tous les jours. Ces aires d’exercice leur donnent accès au tapis d’alimentation et bien-sûr aux pâtures lorsque le temps le permet.

 



Article du 1er avril 2021

LE KÉFIR DE LA MARG'AUDE

 

Le kéfir est une boisson obtenue à la suite de la fermentation de grains de kéfir dans le lait.

 

C'est une boisson avec beaucoup de biens-faits, étant donné que cette boisson renferme beaucoup de probiotiques.

Les probiotiques aident la flore intestinale à prendre le dessus sur les mauvaises bactéries. La flore intestinale joue un rôle important dans notre système immunitaire. En renforçant cette dernière, on renforce alors nos défenses immunitaires.

 

Le kéfir est également un lait plus digeste, en effet, la fermentation va réduire la teneur en lactose du lait, ainsi les personnes intolérantes pourront plus facilement digérer ce produit.

 

Le kéfir peut se consommer sous diverses formes, tout comme le lait, il peut être bu, mais aussi utilisé en cuisine est en pâtisserie, cela dépend de vos goûts !

 

Retrouvez une recette avec à base de kéfir sur la page facebook "Séléna à la Marg'Aude".

https://www.facebook.com/SelenalaMargAude


Article du 25 mars 2021

Les bâtiments de la Marg'Aude se sont fait une beauté !
Le bardage (revêtement de façade en bois) a été posé sur notre laiterie et notre nouveau bâtiment d'espace de stockage des fourrages.

Article du 19 mars 2021

Cette semaine nous vous dévoilons la fabrication de nos yaourts nature.


Article du 11 mars 2021

Cette semaine les vaches sont retournées dans les prairies ! L'occasion de vous en dire plus sur ce qui compose la ration des vaches de la Marg'Aude.


Article du 4 mars 2021

Découvrez comment est réalisé l'écrémage à la Marg'Aude, et les produits qui en sont issus !


Article du 25 février 2021